Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2017

Sarkozy soutient Fillon pour une République irréprochable


« Je veux une République irréprochable »


 




 


Ce fut une promesse de 2007. Et pendant 5 ans avec la collaboration de François Fillon, Nicolas Sarkozy a tenu cette promesse.


19/02/2017

François Fillon, moi président


Le portrait d’un Président idéal, le sien, par François Fillon, à La Baule en septembre 2016(*) :

 




 


Mais depuis il a un peu évolué :

 




 


 
 

fillouette ou Fillon-girouette
Pour en savoir plus…

 
 

fillon-se-couvre-religieusement-la-tete-recadre.jpg





 
 
 

(*)
« Pour convaincre les Français, pour les convaincre de faire des efforts, pour les convaincre de donner le meilleur d’eux mêmes, il y a des conditions à remplir.
Et d’abord il faut tisser avec eux un lien de sincérité et d’honnêteté.
Sincérité sur notre bilan, sincérité sur l’état de la France, honnêteté sur les efforts qu’il faut consentir pour être une nation indépendante et prospère, honnêteté des comportements politiques car comment imposer le respect de l’Etat et de la Loi si les dirigeants s’écartent eux-mêmes de leurs devoirs ?
La droiture, la droiture doit être une vertu de la droite : c’est l’une des conditions de la confiance, c’est aussi l’une des conditions de l’autorité de nos institutions dont nous devons recréer le crédit.
Et ce crédit vous le savez, il n’a pas seulement été atteint ces dernières années par les affaires, il l’a été aussi par une pratique des pouvoirs qui a démonétisé la fonction présidentielle.

(…)

Oui mes amis je veux exercer la fonction présidentielle comme de Gaulle voulait qu’elle le soit, c'est-à-dire avec dignité, avec grandeur mais aussi avec rigueur. Nous avons besoin d’une nouvelle éthique républicaine, une nouvelle éthique républicaine pour rendre aux détenteurs de l’autorité l’exemplarité sans laquelle le pouvoir n’est pas légitime.

Un gouvernement de 15 ministres choisis en fonction de leur seule compétence et de leur exemplarité, ouvert à la société civile. Zéro privilège ou passe droit, plus de cortèges, de cabinets ministériels pléthoriques, de fonctions gouvernementales inutiles ou de complaisance.

Le statut de la fonction publique sera passé à la paille de fer pour en gommer tous les avantages injustifiés.

(…)

En réalité Il suffirait de tellement peu de choses pour que la France retrouve confiance en elle même.
Il suffirait que le travail soit justement récompensé.
Il suffirait que les efforts soient justement répartis.
Il suffirait que le mérite l’emporte sur les corporatismes et les réseaux.
Il suffirait que la réussite redevienne une valeur.

C’est le cri de désespoir d’une immense majorité de Français lassés de travailler pour ceux qui ne travaillent pas, lassés de voir tous leurs efforts engloutis dans le fonctionnement d’un système social qui n’est ni juste ni efficace. »




09/02/2017

François Fillon fils spirituel de François de La Rocque ?


« Il se peut que l'argent de Macron ait moins d'odeur que celui de Fillon. »

Je relève cet extrait de commentaire d’un blogueur qui voit son espoir dans la victoire de François Fillon s’estomper, un commentaire sous un article sur « les barbouzeries politiques de toutes sortes » selon l’expression utilisée par François Fillon lui-même, sur le monde de la finance et le monde de La Rocque.

was-will-la-rocque.jpg
Alors… François Fillon fils spirituel de François de La Rocque et sa droite fille politique du P.S.F. ?

C’est la thèse avancée par Gaël Brustier dans cet article :

"Le fillonisme, dernière station avant «la droite d'après»"

extrait :
« La Rocque s’est arrêté à Sablé-sur-Sarthe

François Fillon est le champion d’une France authentiquement conservatrice qui n’a plus grand-chose à voir avec le gaullisme. Il est le champion de cette France qui se dresse contre la France post-1945, honnie pour la Sécurité Sociale autant que pour l’abandon de l’Algérie. François Fillon est encore un gaulliste « revendiqué » mais la France filloniste n’a que faire de la Croix de Lorraine… Cette France filloniste n’est pas si violemment libérale parce qu’elle adore Milton Friedman mais bien parce qu’elle est protégée, aisée et qu’elle n’a jamais supporté la domination culturelle de la gauche.

Cette France n’est pas d’extrême droite. Elle est conservatrice. C’est, si l’on voulait déceler une généalogie historique, celle du Colonel François de La Rocque (qu’un récent ouvrage aide à bien cerner - Un parti de masse à droite, Serge BERSTEIN , Jean-Paul THOMAS. CNRS Editions. 2016) qui se retrouverait imprégnée d’un libéralisme très années 80, dépouillée de son christianisme social tout en embrassant un vigoureux catholicisme identitaire. »