Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/05/2017

Délation à Le Barp, un collabo à la manœuvre


Une information trouvée sur les réseaux sociaux : dénonciation anonyme par un des corbeaux de Le Barp :

dc3a9lation-anonyme-c3a0-le-barp.jpg



 

Mais pour les connaisseurs, cette dénonciation est-elle vraiment anonyme ?

Voir :

"Bruno de La Rocque et Sylvain Saïd s’entraident dans la révision de leur histoire"

syl20-chez-caquedrole.jpg




23/05/2016

Le facho et bon pote de La Rocque adore les photos de l’AFN


la-terre-ne-ment-pas.jpg



marius-gaza-boucherie.jpg
La terre de l’AFN ne ment pas. Photo d’un vieil article du facho de l’Escale de Vallauris Golfe-Juan.

À lire aussi : "Le Général Christian Piquemal vu par un français émigré à Saint-Pétersbourg"



Sa dernière trouvaille :

marius-et-la-gegene.jpg



 
 

Et les trouvailles du contrariant :

Electrostimulateur Gegene.jpg



1960-Région-de-Constantine.jpg



Jean-Marie Le Pen et Massu.jpg



gegene_style.jpg



 
 

Reprise d'articles publiés sur le site des blogs du Nouvel Observateur

02/03/2015

Marius de Negavesque rassemble les anciens de l’AFN







Archives INA : "Paul AUSSARESSES Je n'ai pas respecté les lois de la guerre"
 


Nostalgie des souchiens nés en Afrique et des anciens combattants partis pour les protéger. La corvée de bois est devenu volée de bois plus très vert contre les immigrés.

Au top des pages vues le 1er mars 2015 :
"La torture, Marius, Pyroman et Moulin"
et en second encore du Marius, mais plus récent.

Un article qui rappelait un autre article qui commençait ainsi : « Quand Paul Aussaresses était sur son lit de mort, était-il devenu gentil garçon pour autant ? » rappelle la solidarité liant le facho de l’Escale de Vallauris Golfe-Juan à l’homme du ni-ni.

Et Marius parade, sous son dernier article, il se vante qu’à l’exception d’un frapadingue, personne ne vient le contredire (par peur ou par soutien ?),

et mon commentaire censuré par les légionnaires de la PAF (28/02/2015 22h23) :
« Il faut effectivement en avoir pour venir guerroyer ici, chez un admirateur du préfet de police de Paris en octobre 1961, ou être frapadingue. »


et pourtant dans l’immondialisation décrite par les plumes belges de couverture du cloaque, il avait fait fort le facho de service dans la nobserverie, dans son dernier article :

"Amalgame mariussien, la meute rocquailleuse approuve"

 
 

05/01/2015

Message perso pour l’ignoble JR de la nobserverie et ceux qui le lisent



Quand Paul Aussaresses était sur son lit de mort, était-il devenu gentil garçon pour autant ?

L’ignoble JR (un menteur qui m’insulta sur des inventions, puis insulta mon père sur la résistance de son pantalon, puis insulta mon oncle à nouveau sur des inventions et des mensonges) nous explique en rompant le secret médical d’un de ses potes :
« un crétin vient s'immiscer dans des échanges pour y déverser son fiel (et tout mélanger, les idées et la personne humaine en souffrance) »


Ce – BIP – dit en effet avoir « été réellement écœuré » par « ce que [il a] lu sur le "trac", en assimilant Marius à "Mittrand" devant l'épreuve de la souffrance... ».

Vous pouvez lire ce qui a écœuré cet homme à la sensiblerie exacerbée à cette adresse :

"Un nouveau Mittrand pour le courage devant l’adversité?"

Mittrand a-t-il été courageux face à la maladie ? est-il écœurant de dire que Marius fait preuve du même courage face à la même maladie ? N’est peut-être pas le plus crétin celui que l’ignoble JR croit.

 

Quant aux « stéréotypes des nouveaux métèques », Marius n’a pas baissé les bras comme le montre son dernier article :

"Champlan : Vous nous cassez les couilles avec vos jérémiades."

 
 

14/12/2014

Commentaire d’Hubert (en osmose)



« Je n'interviens pas dans vos échanges sur la Guerre d'Algérie car je ne m'y connais pas en tortures..
Mais c'est intéressant.. »

Écrit par : hubert41 | 13/12/2014



Sous cet article de Marius, sur la torture pratiquée par l’armée française en Algérie :
« En plus, allez donc (en enfer ?)(...Pas sûr) demander à un Massu ou à un Aussaresses, sauf cas rarissimes, si la torture n’a pas été efficace dans la bataille dite « d’Alger ». Surtout qu’elle s’appliquait à des sauvages, à de vils assassins, égorgeurs de femmes et d’enfants, sadiques bourreaux de pauvres fermiers auxquels ils faisaient subir les pires tourments avant de les occire sous les cieux étoilés de la Mitidja ou des Aurès.

Non mais ça va pas !... Stigmatiser la torture de terroristes, en l’espèce actuelle de ces chiens qui sous prétexte d’honorer Dieu au nom de l’islam, contestent en vérité son Oeuvre, la Création, par le meurtre délibéré de masses et les pires exactions.

Il ne faut avoir aucune pitié. Eux n’en ont pas. Qu’invoquer de plus pour légitimer le procédé ?!!!

On marche décidément sur la tête en Occident. »



Mais comme va l’expliquer l’air ingénu sinon contemplatif Bruno de La Rocque pour défendre son pote avec lequel il est aussi, comme Hubert, en osmose : ce ne sont que « citations sorties de leur contexte (quand elles ne sont pas tronquées). Le procédé est pervers ».

Ne ratez pas le prochain épisode : "J’ai lu chez le vénéré : « jeu de mots de mauvais goût »", ou le passage de la Rocquaille à la racaille.

 
 

13/12/2014

Bonne et mauvaise torture



Chez le facho de service dans la nobserverie, on sépare le bon grain de l’ivraie : il y a bonne et il y a mauvaise torture.

La bonne torture est celle du résistant. Jean Moulin par exemple n’était pas totalement innocent de tout fait de résistance, alors sa torture était plus qu’excusable puisqu’elle pouvait être profitable pour la lutte contre le terrorisme et donc pour la paix.

La mauvaise torture est celle du non résistant qu’on croit résistant mais qui ne l’est pas. Il n’y a alors rien à en obtenir, et la torture est par conséquent dans ce cas inexcusable puisque totalement inutile sinon contreproductive.

Le problème dans ce tri avant torture, c’est de connaître la torture qui sera profitable et permettra de sauver des vies, et la torture qui sera inutile. Alors dans le doute, tout le monde y passe.

Et puis derrière, il y a les dégâts collatéraux comme le démontre cet article sur la création de l’EIIL dans les prisons torturantes des américains :

"Comment l'Etat islamique est né, dans un camp de prisonniers américain"

 

Extrait de l’article de Marius, sur la torture pratiquée par l’armée française en Algérie :
« En plus, allez donc (en enfer ?)(...Pas sûr) demander à un Massu ou à un Aussaresses, sauf cas rarissimes, si la torture n’a pas été efficace dans la bataille dite « d’Alger ». Surtout qu’elle s’appliquait à des sauvages, à de vils assassins, égorgeurs de femmes et d’enfants, sadiques bourreaux de pauvres fermiers auxquels ils faisaient subir les pires tourments avant de les occire sous les cieux étoilés de la Mitidja ou des Aurès.

Non mais ça va pas !... Stigmatiser la torture de terroristes, en l’espèce actuelle de ces chiens qui sous prétexte d’honorer Dieu au nom de l’islam, contestent en vérité son Oeuvre, la Création, par le meurtre délibéré de masses et les pires exactions.

Il ne faut avoir aucune pitié. Eux n’en ont pas. Qu’invoquer de plus pour légitimer le procédé ?!!!

On marche décidément sur la tête en Occident. »



Mais comme va l’expliquer l’air ingénu sinon contemplatif Bruno de La Rocque pour défendre son pote avec lequel il est en osmose : ce ne sont que « citations sorties de leur contexte (quand elles ne sont pas tronquées). Le procédé est pervers ».


21/07/2015

Alliance PACA-landaise


À la question :
« On parle de torture en Algérie chez votre pote d’Antibes. Vous n’avez rien à dire ? Quelques souvenirs refoulés ? »


Réponse de Bruno de La Rocque, un document pdf rendu public sur son blog :
"Dégueulasserie d'un papy-boomer, soixante-huitard, ayant porté bicorne et épée..."

copie ici.

C’est sa méthode, Bruno de La Rocque préfère injurier que répondre aux questions qui le fâchent.

« des jeu de mots de mauvais goût » estime-t-il, car de petits riens le choquent souvent.

Par contre rien ne le choque de la part de :

l’homme qui manie l’abjection des autres sur propos inventés, qu’il invente lui-même,

l’homme qui va à la gendarmerie pour une dénonciation calomnieuse,

l’homme qui plaisante sur le baisser du pantalon d’un juif résistant,

l’homme qui dénonce aux autorités des propos également totalement inventés, inventés par lui-même,

et en profite pour se moquer au passage d’un résistant déporté à Buchenwald,

de l’homme auteur de nombreuses autres insultes et calomnies,

 

mais quel est donc l’homme capable de telles turpitudes ?

Bon Dieu ! Mais c’est… Bien sûr ! Bruno de La Rocque lui-même.

 

C’était un article du 14 décembre 2014 :
"J’ai lu chez le vénéré : « jeu de mots de mauvais goût »"