Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/06/2017

Qui osera construire un mur entre les Comores et Mayotte ?


— Quelques images de Mayotte : "Mayotte" —

Mayotte, immigration sauvage des comoriens, Daniel Goldberg député de Seine-Saint-Denis a certainement la solution :

 





 


« Pdt du Groupe d'amitié France-Union des Comores de @AssembleeNat, j'invite @EmmanuelMacron à régler les problèmes locaux plutôt qu'à en rire »


à propos d'une blague présidentielle mal digérée :

 





 


« M. Le pdt de la république @EmmanuelMacron, les mahorais et comoriens veulent des solutions sur ce sujet très grave mais pas des blagues »


Oui mais… les Mahorais et les Comoriens ne veulent pas les mêmes solutions. Alors le Président de la République est Président des Mahorais et doit donc apporter sa protection à ses citoyens avant tout.

Et donc les bonnes âmes, qu’elles nous expliquent comment faire pour apporter l’harmonie entre Comoriens et Mahorais.


02/06/2017

Mariage forcé des mineures violées, au pays de Donald Trump


01/06/2017

Le verdict Macron : c’est au peuple de décider


En fonction quand même d’une pré-décision, ou non-décision de justice, car il y a innocent et innocent, l’innocent non mis en examen, et l’innocent mis en examen qui lui n’est que présumé. Et comme Richard Ferrand n’est pas encore présumé innocent, il est donc totalement innocent.

Ce n’est pas un problème de légalité mais un problème de morale et de probité.

Donc Ferrand plus innocent que Fillon qui lui n’était que présumé innocent, c’est au peuple de décider si l’enrichissement légal de ses proches grâce à des règles déontologiques de gouvernance des mutuelles et institutions de prévoyance qui manquent clairement de rigueur et de transparence est compatible avec une fonction de député.

Les précédents dont celui des Balkany laissent perplexes sur l’idée que l’électeur se décide sur le seul critère de la probité des candidats. C’est bien d’ailleurs parce que cette idée n’est pas vérifiée dans la réalité des élections que le Président Macron a décidé de faire une loi sur le sujet, la loi dite de moralisation de la vie politique.

Le peuple doit-il être totalement souverain ou la justice doit-elle être au-dessus du peuple ? c’est bien la question sous-jacente de cette future loi.

 

Mais en même temps, si le peuple est le juge, il faut bien lui remettre toutes les pièces du dossier, sans rien cacher et en toute transparence, sinon le peuple ne peut pas prendre sa décision en pleine connaissance de cause. Et c’est bien sur ce point que la défense Macron-Ferrand est mal ferrée.